Comparaison inter-laboratoires sur les paramètres non conservatifs Guyane

Accès: 
Public
Année: 
2014

La surveillance des masses d’eau, en général, et dans le contexte de la Directive Cadre sur l’Eau en particulier, repose sur la qualité et la comparabilité spatio-temporelle des données. Ces deux critères reposent sur la maîtrise d’un certain nombre de paramètres entre le point d’échantillonnage et l’analyse finale, et portent aussi sur une réelle connaissance par les laboratoires prestataires de leurs performances analytiques.

Les comparaisons interlaboratoires constituent un des outils indispensables de cette fiabilité. Plusieurs organisateurs opèrent en France : BIPEA, AGLAE et INERIS. Toutefois, les laboratoires guyanais sont systématiquement pénalisés par rapport aux laboratoires de métropole puisqu’ils reçoivent tardivement les matériaux d’essais.

A la demande de la DEAL Guyane, l’INERIS a organisé une comparaison interlaboratoire (CIL) sur les paramètres non conservatifs pour les laboratoires guyanais lors de sa mission en Guyane1. Les paramètres sélectionnés sont ceux analysés localement à savoir les nutriments, quelques métaux, les paramètres indiciaires mettant en évidence une pollution organique et carbonée. A cette liste, ont été rajoutés la chlorophylle a et les phéopigments.

La comparaison interlaboratoires "paramètres non conservatifs" organisée par l’INERIS dans le domaine des eaux avait pour objectif de vérifier :

• la performance des laboratoires locaux sur des matériaux d’essais réels sans l’impact expédition Métropole - Guyane

• l’impact de la conservation des échantillons durant le transport vers la Métropole pour les paramètres non conservatifs

Pour ce dernier point, les résultats des laboratoires locaux ont été comparés à ceux d’un laboratoire de Métropole.

Auteur(s): 
Céline Ferret et Bénédicte Lepot
Nom de l'institut: 
INERIS
Fichier attachéTaille
Aquaref_2014_C3b_Ineris_CIL_analytique_guyane_VF.pdf1.68 Mo