Innovations / prélèvements&analyses

État de l’art sur l'échantillonnage passif des composés organiques ionisables

Accès: 
Public
Année: 
2014

En termes d’exposition et présence dans les milieux aquatiques, de par leur caractère fortement soluble, la forte dynamique temporelle liée aux transferts rapides dans les cours d’eau (cas des pesticides dont la mobilité est accrue avec la polarité) ou les apports ponctuels (zones de rejets de stations d’épuration pour les résidus pharmaceutiques), ou bien encore des concentrations à l’état de trace (ng.L-1), les étapes d’échantillonnage classiques peuvent s’avérer insuffisantes pour mettre en évidence la présence des composés très hydrophiles, souvent ionisables.

Auteur(s): 
Mazzella N.
Nom de l'institut: 
IRSTEA

Etalonnage du chemcatcher apolaire pour des pesticides

Accès: 
Public
Année: 
2015

Le Chemcatcher apolaire a été étalonné et largement étudié pour des composés tels que les HAP et PCB (Vrana et al., 2006; Vrana et al., 2007; Jacquet et al., 2014; Charriau et al., 2016; Lissalde et al., 2016).

Auteur(s): 
Mazzella N., Poulier G., Charriau A., Lissalde S., Buzier R., Guibaud G.
Nom de l'institut: 
IRSTEA, GRESE

Intégration des pics de pollution par les échantillonneurs passifs

Accès: 
Public
Année: 
2015

Dans le cadre du programme d’activité d’AQUAREF 2014-2015 (convention de partenariat ONEMA-BRGM 2013-2015), le BRGM a évalué dans quelle mesure les échantillonneurs passifs sont capables d’intégrer des fluctuations rapides de niveaux de contamination.

Auteur(s): 
Togola A., Berho C.
Nom de l'institut: 
BRGM

Positionnement sur l’utilisation de la spectrométrie de masse haute résolution pour le criblage environnemental

Accès: 
Public
Année: 
2015
La spectrométrie de masse pour le criblage non ciblé a connu un essor considérable ces dernières années dans de nombreux domaines dont celui de l’environnement. Plusieurs travaux sont désormais focalisés sur l’amélioration des connaissances pour la mise en oeuvre de cette technique afin d’identifier de nouvelles molécules d’intérêts.
Auteur(s): 
Togola A, Lardy-Fontan S., Lestremau F., Soulier C.
Nom de l'institut: 
BRGM, LNE, INERIS, IRSTEA

Proposition de document normatif pour l’échantillonnage passif des métaux dans l’eau

Accès: 
Public
Année: 
2014

La surveillance réglementaire actuelle des masses d’eau notamment dans le contexte de la Directive Cadre sur l’Eau est basée le plus souvent sur des échantillonnages ponctuels suivis d’analyses en laboratoires. Les méthodes d’échantillonnage passif présentent certains avantages par rapport aux échantillonnages ponctuels (préconcentration, meilleure représentativité sur une période donnée). Elles sont donc de plus en plus étudiées et la question de leur mise en application dans un contexte réglementaire se pose.

Auteur(s): 
Ghestem JP., Yari A. (BRGM), Lardy-Fontan S., Guigues N. (LNE), Dabrin A. (IRSTEA), Gonzalez JL. (IFREMER)
Nom de l'institut: 
BRGM, LNE, IRSTEA, IFREMER

Recommandations pour garantir la qualité des données de surveillance par échantillonnage passif

Accès: 
Public
Année: 
2015

 

Ce rapport rédigé dans le cadre du programme de travail d’AQUAREF pour l’année 2015 propose des recommandations pour garantir la qualité des données de surveillance par échantillonnage passif.

Ce type d’échantillonnage pourrait dans l’avenir être utilisé en contexte réglementaire et il est indispensable de démarrer des réflexions sur les outils, processus permettant d’assurer la fiabilité de ces données. Le rapport propose tout d’abord une organisation de la chaine des responsabilités entre :

Auteur(s): 
JP. Ghestem, A. Togola, S. Lardy-Fontan, N. Guigues, C. Tixier, A. Larose, C. Miège
Nom de l'institut: 
BRGM, LNE, IFREMER, IRSTEA

Evaluation de l’extraction sur barreau absorbant (SBSE) pour la mesure de pesticides à des niveaux traces dans les eaux brutes pour la surveillance des milieux aquatiques

Accès: 
Public
Année: 
2015

L’arrêté « surveillance » du 07/08/2015 a étendu la surveillance à de nombreux polluants émergents à des niveaux de traces. Ces polluants sont désignés sous le nom de substances pertinentes. Pour certaines de ces substances classées en liste B, un délai supplémentaire a été accordé jusqu’à 2019, car les limites de quantification ont été jugées difficiles à atteindre sans développements spécifiques.

Auteur(s): 
Claire Clisson, François Lestremau
Nom de l'institut: 
INERIS