Position du groupe AQUAREF sur la question de l'utilisation des échantillonneurs intégratifs passifs (EIP) pour le prochain cycle de surveillance (2016-2021) - Note de synthèse

Accès: 
Public
Année: 
2014

Le groupe d’experts AQUAREF a été mobilisé pour statuer sur l’usage des echantillonneurs integratifs passifs (EIP) dans le cadre de l’application de la Directive cadre sur l’eau (DCE).

L’objectif de ce rapport d’étape 2014 est de montrer la possibilité du recours aux EIP par rapport à la surveillance réglementaire actuelle, pour ce qui concerne l’enjeu du rapportage DCE dans les Eaux littorales. Nous avons aussi considéré l’échantillonnage ponctuel par SBSE pour les substances organiques hydrophobes, qui permet de limiter les inconvénients du transport d’échantillons d’eau (dégradation des substances dans les échantillons d’eau, volume et poids des échantillons d’eau induisant un surcoût) pour les sites éloignés comme les Départements d’Outre-Mer.

Le groupe AQUAREF a pris en compte d’une part les substances prioritaires de la Directive fille NQE (directive 2013/39/CE) pour lesquelles une NQE (norme de qualité environnementale), en moyenne annuelle, est mentionnée pour les eaux littorales ; d’autre part les substances de l’Etat Ecologique (MEEDDM, 2010) et celles de la Directive Cadre Strategie pour le Milieu Marin (directive DCSMM 2008/56/CE). Un total de 63 substances a été étudié. La méthode de travail a consisté à vérifier, pour chaque substance, si les méthodes d’échantillonnage actuelles ou pressenties (laboratoires agréés pour matrice eau, laboratoires experts pour technique SBSE et EIP) permettaient de répondre aux exigences réglementaires DCE (LQ ?NQE/3). Ce travail sera poursuivi en 2015 pour les eaux continentales.

Le rapport présente egalement la suite des actions prévues par le groupe AQUAREF sur ce sujet pour la période 2015-2017.

Auteur(s): 
C Miège, N Mazzella, M Coquery
Nom de l'institut: 
IRSTEA
Fichier attachéTaille
Aquaref_2014_G1d_Irstea_Note_Ech_integratif_VF.pdf1.01 Mo