Evaluation de la contamination des eaux : Comparaison des mesures par échantillonnage passif (DGT, POCIS, SBSE) et des mesures dans le biote

dans
Accès: 
Public
Année: 
2012

Une meilleure caractérisation de la contamination des masses d'eau et de l'évaluation des tendances spatiales et temporelles pourraient être basées sur des mesures de concentrations "biodisponibles" et "intégrées" dans le temps (représentatif de l'exposition).

De nombreuses études ont été menées dans des environnements très différents (en laboratoire ou in situ) afin d'évaluer la contamination du milieu aquatique par le biais d’organismes vivants et d’échantillonneurs passifs. Beaucoup de ces études reposent sur l'utilisation simultanée de ces deux matrices du fait de leurs capacités "intégratrices".

Le présent rapport a pour objectif de recenser et de comparer, à travers une synthèse bibliographique, les mesures obtenues dans le cadre d'études ayant utilisé en parallèle le biote et les échantillonneurs passifs, en laboratoire ou in situ, dans des eaux douces ou marines, ainsi qu’au sein de sédiments fluviatiles, estuariens et marins.

Des études menées en parallèle avec des DGT et des bivalves  ont montré, pour certaines espèces métalliques, que l’accumulation par ces échantillonneurs passifs est significativement corrélée aux concentrations bioaccumulées. Les niveaux de contamination tendances sont influencées de manière significative par des paramètres environnementaux et des facteurs physiologiques qui peuvent être intégrés aux modèles de spéciation et biocinétiques afin d’évaluer la biodisponibilité des métaux.

Les études réalisées dans les sédiments s’avèrent plus complexes. La mobilisation des métaux est variable en fonction de la nature du sédiment et de la profondeur d’immersion dans ce dernier. La bioaccumulation des organismes benthiques est fortement influencée par les régimes alimentaires. Ainsi, l’utilisation de DGT n’est pas adaptée pour évaluer la biodisponibilité des métaux pour les espèces détritivores.

Du fait de leur métabolisation, les substances organiques hydrophiles tels que les alkylphénols et les estrogènes ne sont généralement pas bioaccumulées par les organismes aquatiques. L’utilisation de POCIS apparaît comme une bonne alternative afin d’évaluer les teneurs en composés organiques dissous dans la colonne d’eau.

La SBSE est une technique d’extraction prometteuse pour évaluer les teneurs en composés organiques hydrophobes biodisponibles dans l’eau. Toutefois, cette technique a été peu développée jusqu’à présent pour des études in situ à cause du fait qu’elle ne soit pas intégrative.

Auteur(s): 
Gonzalez J-L., Foan L.
Nom de l'institut: 
IFREMER
Fichier attachéTaille
Aquaref_2012-2013_G1d-IFREMER_ComparaisonEPvsBiote-VF.pdf1.5 Mo