Les essais interlaboratoires en Hydrobiologie - Etat des lieux, propositions

Accès: 
Public
Année: 
2012

La maîtrise de la qualité des données de surveillance des masses d’eau, en application de la Directive européenne sur l’eau, s’appuie en France sur les processus d’accréditation et d’agrément des laboratoires. Dans ces démarches, les essais interlaboratoires (EIL) sont désormais préconisés ou imposés. En hydrobiologie, les EIL étant jusqu’à ce jour peu développés, il est apparu nécessaire de mieux définir ce que peuvent être ces comparaisons, notamment en ce qui concerne leur contenu et l’analyse des résultats obtenus.

Ce rapport précise la définition ainsi que les objectifs des EIL et en particulier des essais d’aptitude, d’un point de vue général. Les spécificités des méthodes hydrobiologiques sont ensuite détaillées, ce qui permet de définir les caractéristiques des méthodes par rapport à l’application des essais. L’adaptation des essais d’aptitudes en fonction des méthodes hydrobiologiques apparaît primordiale. Les particularités méthodologiques des protocoles de mesure hydrobiologique soulèvent des questions concrètes ou conceptuelles pour la réalisation de ces essais. Dans la majorité des cas, les phases d’échantillonnage et de laboratoire ne doivent pas être dissociées. Un essai ne contenant qu’une de ces phases ne permet pas une évaluation pertinente des capacités des laboratoires à appliquer une méthode dans son ensemble, ni à fournir des résultats finaux conformes et homogènes. Il peut toutefois apporter des informations comparatives sur certains aspects des compétences de l’opérateur.

Un bilan des méthodes d’analyse des résultats d’EIL est également présenté et leur application aux essais d’aptitude en hydrobiologie est discutée. Il est important que l’évaluation des laboratoires soit faite sur la production de résultats bruts correspondant généralement à une liste taxonomique (donnée qualitative) assortie des abondances associées à chaque taxon (données quantitatives).

Ce rapport contient également un inventaire succinct de quelques essais existants, dont les objectifs et caractéristiques sont rappelés.

Des propositions cadre de contenu des essais selon les méthodes hydrobiologiques sont formulées suite à l’analyse de ces divers aspects. Ce sont les essais collaboratifs, bien qu’informels, qui paraissent répondre le mieux aux besoins actuels, en apportant des éléments de réponses aux questions fondamentales de la mise en oeuvre des méthodes hydrobiologiques, concernant les compétences, la comparaison des laboratoires, la formation et l’harmonisation des pratiques. Les différents exercices existants doivent néanmoins être améliorés pour répondre pleinement aux attentes des donneurs d'ordre.

Auteur(s): 
Nina Dagens, Christian Chauvin
Nom de l'institut: 
IRSTEA
Fichier attachéTaille
Aquaref_IRSTEA_2012_IA04_Point3.1_EIL_hydrobio_VF.pdf952.77 Ko